Vous êtes ici

TDC 087 - Le mariage comme sacrement, selon Saint Paul aux Ephésiens

TDC 087 - Le mariage comme sacrement, selon Saint Paul aux Ephésiens

Publié par Incarnare le lundi 07/09/2009 - 17:02

1. Nous entamons aujourd'hui un nouveau chapitre sur le thème du mariage, en lisant ce que dit saint Paul aux Ephésiens: "Que les femmes soient soumises à leur mari, comme au Seigneur Jésus; car, pour la femme, le mari est la tête, tout comme, pour l'Eglise, le Christ est à la tête, lui qui est le Sauveur de son corps. Eh bien! si l'Eglise se soumet au Christ, qu'il en soit toujours de même pour les femmes à l'égard de leur mari. Vous, les hommes, aimez votre femme, à l'exemple du Christ: il a aimé l'Eglise, il s'est livré pour elle; il voulait la rendre sainte en la purifiant par l'eau du baptême et la parole de vie; il voulait se la présenter à lui-même, cette Eglise, resplendissante, sans tache ni ride, ni aucun défaut; il la voulait sainte et immaculée. C'est comme cela que le mari doit aimer sa femme: comme son propre corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui- même. Jamais personne n'a méprisé son propre corps: au contraire, on le nourrit, on en prend soin. C'est ce que fait le Christ pour l'Eglise, parce que nous sommes les membres de son corps A cause de cela, l'homme quittera son père et sa mère, il s'unira à sa femme et tous deux ne feront plus qu'un. Ce mystère est grand; je le dis en pensant au Christ et à l'Eglise! Bref, en ce qui vous concerne, que chacun aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari" Ep 5,22-33.

2. Il nous faut soumettre à une analyse approfondie ce texte de Ep 5, comme auparavant nous avons analysé toutes les paroles du Christ qui semblaient avoir une signification capitale pour la théologie du corps. Il s'agissait des paroles dans lesquelles le Christ se réfère au "commencement" Mt 19,4 Mc 10,6, au "coeur" humain, dans le Sermon sur la Montagne Mt 5,28 et à la résurrection future Mt 22,30 Mc 12,25 Lc 20,35 Ce qui est dit dans ce passage de l'épître aux Ephésiens constitue pour ainsi dire le couronnement de ces autres mots clés. Si, à partir de ceux-là on a pu dégager une théologie du corps dans ses grandes lignes évangéliques, à la fois simples et fondamentales, il faut, d'une certaine manière, présupposer cette théologie pour interpréter ce passage de l'épître aux Ephésiens. Par conséquent, si l'on veut interpréter ce passage, il faut le faire à la lumière de ce que le Christ nous a dit sur le corps humain. Il a parlé de la concupiscence (du coeur) à l'homme historique, et par conséquent à l'homme tout court. Et il a aussi fait ressortir, d'un côté, les perspectives du commencement, c'est-à-dire de l'innocence originelle et de la justice et, de l'autre, les perspectives eschatologiques de la résurrection des corps quand "on ne prendra plus femme ni mari" Lc 20,35. Tout cela fait partie de l'optique théologique de la "Rédemption de notre corps" Rm 8,23.

3. Ce que dit l'auteur de la lettre aux Ephésiens (*) est également centré sur le corps; et cela aussi bien dans son sens métaphorique, c'est-à-dire à propos du corps du Christ qui est l'Eglise, que dans son sens propre, c'est-à-dire à propos du corps humain dans sa masculinité et sa féminité, dans son destin de s'unir dans le mariage, comme le dit Gn 2,24 "L'homme quittera son père et sa mère, il s'unira à sa femme et tous deux ne feront plus qu'un".
De quelle manière ces deux significations du corps apparaissent-elles et convergent-elles dans ce passage de l'épître aux Ephésiens. Et pourquoi y apparaissent-elles et convergent-elles? Voilà des questions qu'il faut se poser, et il ne faut pas l'attendre à avoir des réponses immédiates et directes, mais plutôt, autant que possible, il faut approfondir à longue échéance, ces réponses auxquelles nous ont préparés nos analyses précédentes. En effet, ce passage de l'épître aux Ephésiens ne peut être compris correctement que dans son large contexte biblique; il faut le voir comme le couronnement des thèmes et des vérités qui ponctuent la Parole de Dieu révélée dans l'Ecriture sainte, tels le flux et le reflux de larges vagues. Ce sont des thèmes centraux et des vérités essentielles. C'est pour cela que ce texte de l'épître aux Ephésiens est également un texte clé classique.

Note (*) - La question de savoir si l'épître aux Ephésiens est de saint Paul ou pas, paternité reconnue par certains exégètes et refusée par d'autres, peut trouver une solution dans une supposition qui se place entre les deux opinions et que nous ferons nôtre comme hypothèse de travail, à savoir que saint Paul confia à son secrétaire quelques idées et que celui-ci, par la suite, les développa et les rédigea. - C'est à cette solution provisoire de la question que nous pensons quand nous parlons de l'auteur de l'épître aux Ephésiens, de l'apôtre et de saint Paul.

4. C'est un texte bien connu dans la liturgie qui l'utilise toujours en rapport avec le sacrement de mariage. La lex orandi de l'Eglise voit dans ce texte une référence explicite à ce sacrement: et la lex orandi annonce et en même temps exprime la lex credendi. Ceci étant admis, il nous faut tout de suite nous demander comment on voit, dans ce texte classique de l'épître aux Ephésiens, la vérité sur la sacramentalité du mariage. De quelle façon s'y exprime-t- elle, y est-elle confirmée? On va voir que la réponse à ces questions ne peut être immédiate et directe, mais progressive, et n'être donnée qu'à longue échéance. Cela se vérifie dès le premier coup d'oeil sur ce texte qui nous renvoie au livre de la Genèse, et donc au commencement, et qui, dans sa description des rapports entre le Christ et l'Eglise, reprend chez les prophètes de l'Ancien Testament leur analogie bien connue avec l'amour nuptial entre Dieu et le peuple élu. Il serait difficile de dire comment l'épître aux Ephésiens traite de la sacramentalité du mariage sans étudier ces rapports. On verra aussi comment cette réponse doit passer par toutes les dimensions des problèmes qu'on a déjà analysés, c'est-à-dire par la théologie du corps.

5. Le sacrement ou la sacramentalité - au sens le plus général de ce terme - concerne les corps et présuppose une théologie du corps. Le sacrement, en effet, dans son sens généralement reçu, est un signe visible. Le corps signifie aussi ce qui est visible, le caractère visible du monde et de l'homme. Par conséquent, d'une certaine manière - bien qu'en un sens plus général -, le corps entre dans la définition du sacrement puisqu'il est le signe visible d'une réalité invisible, c'est-à-dire de la réalité spirituelle, transcendante, divine. C'est dans ce signe - et à travers ce signe - que Dieu se donne à l'homme dans sa vérité transcendante et dans son amour. Le sacrement est un signe de la grâce, et c'est un signe efficace. Non seulement il l'indique et l'exprime de façon visible, il en est le signe, mais il la produit et contribue efficacement à faire en sorte que la grâce fasse partie de l'homme et qu'en lui se réalise et s'accomplisse l'oeuvre du salut, l'oeuvre établie d'avance par Dieu de toute éternité et qui a été pleinement révélée en Jésus-Christ.

6. Je dirais que déjà, dans ce premier coup d'oeil jeté sur ce texte classique de l'épître aux Ephésiens, nous voyons dans quelle direction devront se poursuivre nos analyses suivantes. Il est indispensable que ces analyses commencent par une compréhension préliminaire du texte en lui-même; cependant, elles doivent nous conduire ensuite, si l'on peut dire, par-delà les limites du texte, à comprendre, si possible jusqu'au fond, quelle richesse de vérité révélée par Dieu est contenue dans le cadre de cette merveilleuse page. En empruntant la célèbre expression de GS 22, on peut dire que ce passage que nous avons choisi dans l'épître aux Ephésiens "manifeste pleinement l'homme à lui-même et lui découvre la sublimité de sa vocation": en tant qu'il partage l'expérience de l'incarnation. En effet Dieu, en le créant à son image, dès le commencement le créa "homme et femme" Gn 1,27

Au cours de nos analyses suivantes nous chercherons - surtout à la lumière de ce texte de l'épître aux Ephésiens - à comprendre plus profondément le sacrement, en particulier le mariage en tant que sacrement: en premier lieu dans sa dimension de l'Alliance et de la grâce, et ensuite dans sa dimension de signe sacramentel.

- 28 juillet 1982

 
 

 

A la une

Nouveau «Forum Wahou!» pour les prêtres ! (15-16 jan 2018)

Publié par Incarnare le vendredi 25/08/2017 - 06:38 - Blog

Forum Wahou!Les prêtres (et séminaristes) ont leur «Forum Wahou!» ! Tandis que plus de 4000 personnes ont déjà pu découvrir la Théologie du Corps de Jean-Paul II, lors de 19 Forums organisés par les diocèses, et qu'autant d'autres sont en préparation pour 2018, et après le succès du premier Forum "rien que pour les prêtres" à Paris, une nouvelle édition de "Wahou Prêtres" est annoncé à Ars en janvier 2018.

Blogs chrétiens