Encore une campagne gouvernementale pour la contraception. Décryptage (et détournement).

Publié dans : Contraception

Si vous écoutez la radio, ou regardez votre télévision, entre le 14 septembre et 5 octobre, vous pourrez entendre les derniers clips de propagande de l'État pour la contraception. Comme d'habitude, un savant mélange de pseudo-information et de matraquage de valeurs morales (ou plutôt d'anti-valeurs) directement pêchées chez le planning familial. Nous avons choisi de décrypter cette campagne pour vous... et n'avons pas résisté au plaisir de la détourner !

La scène

Un jeune homme est passablement énervé. Ses amis lui demandent "t'as tes règles ou quoi ?", ce à quoi il répond : "justement, non". S'ensuivent différentes vannes, avant l'arrivée du slogan, sur fond de Mozart : « faut-il que les hommes soient enceintes pour que la contraception soit l'affaire de tous ?» . La vidéo affiche ensuite l'adresse d'un site d'«information» gouvernemental sur la contraception (voir la vidéo ci-dessous).

 

Décryptage du clip

Un point positif... ?

Faisons preuve d'optimisme et de bienveillance, et commençons par nous réjouir : le message de la campagne semble promouvoir l'implication de l'homme dans la gestion de la fécondité. Pour une fois - peut-être la première, l'homme n'est pas totalement absent. La sexualité ne serait donc plus, dans l'imaginaire gouvernemental, un simple sport individuel, dont la femme doit gérer seule les conséquences. (On se souvient de la fameuse campagne pro-avortement - droit, choix et liberté, paraît-il - où le "partenaire", ou "compagnon", était totalement absent de la décision concernant la fécondité).

Modérons toutefois notre propos : ce n'est de l'homme en tant que partenaire, époux de la femme, dont il s'agit ici. En fait, le jeune homme de cette campagne mime une jeune femme tombée enceinte. Les hommes ne sont donc pas invités à participer à la gestion de la fédondité du couple en tant que partenaires, on leur propose ici de s'identifier à la femme, forcément seule.

Une image caricaturale de la femme

Certains clichés habituels et le ton de la campagne montrent bien que la politique de contraception est bien conçue par des hommes, pour les hommes, et que l'on est loin de la contemplation de la beauté de la fécondité féminine. L'acteur singe une femme, dont l'irritation est immédiatement associée par ses camarades à la menstruation, comme si une femme qui a ses règles se devait d'être d'humeur exécrable.

La fécondité, forcément une fatalité

Manifestement, la possibilité d'avoir un enfant est nécessairement et immédiatement perçue comme négative, par la "femme", mais aussi par ses amis : la réalisation marque un temps de pause pour marquer le caractère dramatique de la chose avant la question qui tue : « et tu as combien de jours de retard ?». Ne manquez pas le sous-entendu : il s'agit bien ici pour l'« ami » de suggérer une « contraception d'urgence » (entendez, un avortement médicamenteux).1

Dans l'esprit des concepteurs du spot, c'est non seulement une fatalité personnelle, mais également une fatalité sociale. L'annonce d'une potentielle grossesse est suivie de rires goguenards, l'un des protagonistes du film lâchant un sardonique "jackpot".

La multiplicité des partenaires, une évidence

L'idée que la femme - ou l'homme, enfin on ne sait plus, bref le "héros" - puisse avoir une relation suivie avec une seule personne n'effleure même pas l'esprit de ses amis, qui ironisent : "tu sais qui c'est, la mère, au moins ?". C'est la vie que propose la communication officielle de l'État2: enchaînez les relations éphémères, en soldant toujours plus votre corps au moins offrant. 

Implictement, la fidélité - ou, sans aller jusque là, la possibilité d'un amour authentique durable - est montrée comme une illusion irréaliste. Il ne s'agit même pas d'une utopie ou d'un rêve auquel on devrait aspirer... bref, le cynisme est total.

La fécondité, toujours vue sous l'angle de la contraception

A aucun moment, il n'est suggéré que la fécondité puisse être une chose positive, le résultat de l'amour. A aucun moment, il n'est mentionné de contexte particulier qui pourrait rendre la grossesse non désirable. On plaque juste qu'elle l'est dans l'absolu. Que la fécondité est une plaie, en somme. Bref, on reste dans l'idée que l'enfant est une maladie, un indésirable par nature. 

 

Plus loin dans la propagande et la désinformation

Le spot invite à visiter un site web, "choisir sa contraception". Soit, visitons. D'entrée de jeu, ce qui saute aux yeux, c'est ce slogan : "choisir la bonne contraception". Deux sous-entendus ici : le premier c'est qu'il y aurait une bonne et une mauvaise contraception. Le second, c'est qu'il faut absolument une contraception. Décortiquons.

Désinformation sur les buts de la contraception

Le site mélange allègrement tous les objectifs des contraceptifs sans distinction : il évoque ainsi en même temps la protection contre les maladies sexuellement transmissibles, et l'effet contraceptif lui-même, à savoir le fait de bloquer la conception. Cette technique de communication est redoutable : on crée un climat de peur (lié aux MSTs) pour faire passer un message sur la contraception. 

Désinformation sur les moyens de la contraception

Deuxième point qui frappe, c'est le ruban supérieur, qui présente les moyens de la contraception : aucune hiérarchisation, aucune différenciation. On trouve notamment côte à côte des méthodes abortives3, des méthodes contraceptives, des méthodes stérilisantes... et les méthodes naturelles qui ne sont pas de la contraception, mais des méthodes de régulation des naissances.

Désinformation sur la nécessité de la contraception

A aucun moment, il n'est suggéré que la contraception n'est peut être pas nécessaire. Même un enfant de 12 ans qui lit le site sera incité(e) à utiliser la contraception. A aucun moment, la possibilité de reporter l'âge du premier rapport sexuel n'est mentionnée (puisqu'on l'a vu, dans l'esprit des concepteurs de la campagne de communication, il faut avoir une vie sexuelle avec de multiples partenaires et cela, au plus tôt). 

 

Traitement des méthode naturelles de régulation des naissances..

La manière d'aborder les méthodes naturelles de planification familiale est biaisée. On l'a vu, elles sont classées tout-de-go dans la catégorie "contraception", ce qu'elles ne sont pas4. De plus, elles sont immédiatement disqualifiées quant à leur efficacité, la possibilité ou la nécessité d'un apprentissage de ces méthodes ne sont pas mentionnées.

Le site reconnaît que ces méthodes sont réservées à des couples qui sont capables de s'abstenir quelques jours par mois. En clair: qui ont une maîtrise de leurs pulsions. Il est intéressant de constater que c'est la page où le mot "couple" est le plus présent sur le site : il est même complètement absent des pages sur la 'contraception d'urgence', ce qui est assez symptomatique...

Enfin, les méthodes naturelles sont toute simplement absentes du "tableau récapitulatif" de la contraception proposé sur le même site web ! En clair : passez votre chemin. 

 

Ressources

La campagne du gouvernement

Notre détournement

 

  • 1. Ces sous-entendus sont d'autant plus dramatiques qu'une semaine d'aménohrrée signifie une grossesse de trois semaines. La pillule du lendemain étant alors exclue, on insinue ici que l'IVG est une forme de contraception... insinuation relayée par la question "tu vas faire quoi ?"
  • 2. cela montre d'ailleurs qu'une éthique sexuelle s'inscrit nécessairement dans une vision plus large de la personne humaine qui est ici.. comment dire... pathétique.
  • 3. c'est à dire qui ont pour effet de tuer un être déjà conçu, c'est le cas du stérilet ou de la pillule du lendemain
  • 4. Il ne s'agit pas ici d'un commentaire sur l'efficacité de ces méthodes - très bonne lorsqu'elles font l'objet d'un apprentissage, en couple, et que la sexualité fait l'objet d'un dialogue dans le couple et est le lieu d'un réel échange - mais de qualifier la nature de la méthode. Les méthodes naturelles ne s'opposent pas à la conception, elles restent ouvertes à la vie.

 
 

Commentaires

Portrait de Anonyme

excellente analyse... ;-) pour la video détournée !

 j'ai trouvé ce site sur sacristains.fr que je visite régulièrement et c'est vraiment complet et approfondi... bravo et merci !

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement. Si vous avez un compte Gravatar associé à cette adresse e-mail, l'avatar associé sera affiché.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <i> <strong> <b> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd><br><p><br />
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

Forums Théologie du Corps 2014

Découvrez la théologie du corps le temps d'un week-end! Cliquez ci-dessus et inscrivez-vous sur notre newsletter :

 
 
 

A la une

La "vérité" du mariage (et l'accès à la communion des divorcés-remariés)

Publié dans : Mariage

Le Synode sur la famille n'a pas conclu sur l'accès aux sacrements pour les divorcés-remariés : constatant que la question était épineuse, les Pères ont renvoyé la question à l'année prochaine. Les paragraphes 52 et 53, qui l'évoquaient, n'ont pas recueilli les deux tiers requis pour être adopté par le Synode. C'est que la question mérite d'être étudiée de près, car il ne s'agit pas d'une "simple" question disciplinaire

 

Commentaires récents

La théologie du corps pour les débutants (Christopher West) (1)

  • Incarnare : Le livre sera disponible en librairie à partir du 2 déc....

Le mariage : Avant / Après (2)

  • Anonyme : je suis tout a fais d'accord, le mariage est un peu un...
  • Incarnare : A rapprocher de cette autre anecdote à propos du...

My name is Cament, Mehdi Cament. (7)

  • Anonyme : Ça fait peur des choses pareilles, j'ai appris cela en...

Card. Caffara : "Le mariage n'est pas un 'idéal' mais une vérité à enseigner" (1)

  • Elke : Tout à fait d'accord. Pourquoi parle-t-on si peu des...

Le Pape François et Frédéric Ozanam, même combat (2)

  • Incarnare : Cf. aussi cette autre anecdote à propos du bienheureux...

La morale, dépassée ? (3)

  • Ajax : Merci, je sais ce qu'est le nominalisme et je ne pense pas...
  • Incarnare : Ajax, Votre commentaire montre bien, effectivement, qu'une...
  • Ajax : Pardonnez moi mais à vous lire on comprend assez bien en...