Vous êtes ici

TDC 103 - Par le sacrement de mariage l'homme et la femme participent à l'amour créateur

TDC 103 - Par le sacrement de mariage l'homme et la femme participent à l'amour créateur

Publié par Incarnare le lundi 07/09/2009 - 17:38

1. L'auteur de l'épître aux Ephésiens parle, comme nous l'avons vu, d'un grand mystère uni au sacrement primordial grâce à la continuité du plan salvifique de Dieu. Lui aussi, il se réfère à l'origine comme le Christ l'avait fait durant son entretien avec les pharisiens Mt 9,8, citant les mêmes paroles: C'est pourquoi l'homme laissera son père et sa mère, s'attachera à sa femme et ils deviendront une seule chair" Gn 2,24. Ce grand mystère est surtout le mystère de l'union du Christ avec l'Eglise que l'apôtre présente comme semblable à l'unité des époux: "Je veux dire qu'il s'applique au Christ et à l'Eglise" Ep 5,32. Nous nous trouvons dans le cadre de la grande analogie dans laquelle le mariage en tant que sacrement est d'une part, présupposé et, d'autre part, redécouvert. Il est présupposé comme sacrement de l'origine humaine, uni au mystère de la Création. Et il est, en revanche, redécouvert comme fruit de l'amour nuptial du Christ et de l'Eglise, lié au mystère de la Rédemption.

2. L'auteur de l'épître aux Ephésiens, s'adressant directement aux époux, les exhorte à régler leurs rapports mutuels sur le modèle de l'union nuptiale du Christ et l'Eglise. On peut dire que - présupposant le caractère sacramentel du mariage dans sa signification primordiale - il leur ordonne d'apprendre à nouveau ce sacrement d'après l'union nuptiale du Christ et de l'Eglise: "Maris, aimez vos femmes comme le Christ a aimé l'Eglise; il s'est livré pour elle pour la sanctifier ..." Ep 5,25-26. Cette invitation que l'Apôtre adresse aux époux chrétiens se justifie pleinement en ce sens que, grâce au mariage-sacrement, ils participent à l'amour salvifique du Christ qui s'exprime également par son amour nuptial pour l'Eglise. A la lumière de l'épître aux Ephésiens - précisément grâce à la participation à cet amour salvifique du Christ - le mariage se trouve confirmé et en même temps renouvelé comme sacrement de l'"origine" humaine, c'est-à-dire comme sacrement dans lequel l'homme et la femme, appelés à devenir une seule chair, prennent part à l'amour créateur de Dieu lui-même. Et ils y prennent part soit du fait que, créés à l'image de Dieu, ils ont été appelés en vertu de cette ressemblance à une union particulière (communio personarum), soit parce que cette union même a été dès le début bénie de la bénédiction de la fécondité Gn 1,28.

3. Toute cette structure stable, originaire, du mariage comme sacrement du mystère de la Création - selon le texte classique de Ep 5,21-33 - se renouvelle dans le mystère de la Rédemption, lorsque ce mystère devient l'image du don conjugal de l'Eglise par le Christ. Cette forme stable originaire du mariage se renouvelle quand les époux le reçoivent comme sacrement de l'Eglise, puisant dans la nouvelle profondeur de la gratification de l'homme par Dieu qui s'est révélée et ouverte avec le mystère de la Rédemption, quand "le Christ a aimé l'Eglise et s'est donné lui-même pour elle, pour la sanctifier ..." Ep 5,25-26. Et cette image originaire et stable du mariage comme sacrement se renouvelle quand - profondément conscients de l'authentique profondeur de la Rédemption du corps - les époux chrétiens s'unissent "dans la crainte du Seigneur" Ep 5,21

4. L'image paulinienne du mariage, inscrite dans le grand mystère du Christ et de l'Eglise, rend la dimension rédemptrice de l'amour plus proche de la dimension nuptiale. En un certain sens, elle unit ces deux dimensions en une seule. Le Christ est devenu l'époux de l'Eglise, il a épousé l'Eglise, il en a fait son épouse car "il s'est livré pour elle" Ep 5,25. Par le mariage comme sacrement (comme un des sacrements de l'Eglise) ces deux dimensions de l'amour, la dimension nuptiale et la dimension rédemptrice, pénètrent avec la grâce du sacrement dans la vie des époux. La signification conjugale du corps dans sa masculinité et féminité qui s'est manifestée dans le mystère de la Création, avec comme fond l'innocence originaire de l'homme, est liée, dans l'image de l'épître aux Ephésiens à la signification rédemptrice; de cette manière elle est confirmée et, en un certain sens, nouvellement créée.

5. Cela est important pour ce qui regarde le mariage, la vocation chrétienne des maris et des femmes. Le texte de Ep 5,21-33 s'adresse directement à eux et c'est surtout à eux qu'il parle. Toutefois, cette relation de la signification nuptiale du corps avec sa signification rédemptrice est également essentielle et vaut aussi pour l'herméneutique de l'homme en général: pour le problème fondamental de la compréhension de cet homme et de l'auto-compréhension de son être dans le monde. Il est évident que nous ne pouvons exclure de ce problème l'interrogation sur le sens d'être corps, sur le sens d'être, en tant que corps, homme et femme. Ces questions ont été posées pour la première fois en rapport avec l'analyse de l'origine humaine, dans le contexte du livre de la Genèse. C'est ce contexte lui-même qui, en un certain sens, exigeait qu'elles soient posées. Le demande tout autant le texte classique de l'épître aux Ephésiens. Et si le grand mystère de l'union du Christ avec l'Eglise nous oblige à rattacher la signification conjugale du corps à sa signification rédemptrice, les époux trouvent dans cette mise en liaison, la réponse à l'interrogation sur le sens d'être corps, et non seulement eux, bien que ce soit principalement à eux que s'adresse ce texte de l'épître de l'Apôtre.

6. L'image paulinienne du grand mystère du Christ et de l'Eglise parle aussi, indirectement, de la continence pour le Royaume des Cieux dans laquelle les deux dimensions de l'amour, la dimension conjugale et la dimension rédemptrice s'unissent réciproquement de manière différente de l'amour nuptial et dans des proportions diverses. Cet amour nuptial avec lequel le Christ a aimé l'Eglise, son Epouse, et s'est livré pour elle, n'est-il pas également la plus pleine incarnation de l'idéal de la continence pour le Royaume des Cieux Mt 19,12? Ne trouvent-ils pas leur soutien précisément en cela tous ceux qui, hommes et femmes, choisissant le même idéal, désirent lier la dimension nuptiale de l'amour à la dimension rédemptrice, suivant le modèle même de Jésus? Ils désirent confirmer par leur vie que la signification nuptiale du corps - de sa masculinité ou féminité - profondément imprimée dans la structure essentielle de la personne humaine, a été ouverte de manière nouvelle, par le Christ et avec l'exemple de sa vie, à l'espérance liée à la Rédemption du corps. Ainsi donc, la grâce du mystère de la Rédemption fructifie également - et même fructifie de manière toute particulière - avec la vocation à la continence pour le Royaume des Cieux.

7. Le texte de Ep 5,22-33 n'en parle pas de manière explicite. Il est adressé aux époux et construit suivant l'image du mariage qui, par analogie, explique l'union du Christ avec l'Eglise: union dans l'amour rédempteur et tout ensemble nuptial. N'est-ce pas précisément cet amour qui, en tant que vive et vivifiante expression du mystère de la Rédemption, va au-delà du cercle des destinataires de l'épître circonscrits par l'analogie du mariage? N'embrasse- t-il pas tout homme et, en un certain sens toute la création, comme l'indique le texte paulinien sur la Rédemption du corps dans Rm 8,23? En ce sens, le sacramentum magnum est directement un nouveau sacrement de l'homme dans le Christ et dans l'Eglise: sacrement de l'homme et du monde; de même que la création de l'être humain, homme et femme, à l'image de Dieu, fut l'originaire sacrement de l'homme et du monde. Dans ce nouveau sacrement de la Rédemption, le mariage est organiquement inscrit, de même qu'il a été inscrit dans l'originaire sacrement de la création.

8. L'être humain, qui depuis l'origine est homme et femme, doit chercher le sens de son existence et le sens de son humanité en allant jusqu'au mystère de la Création à travers le mystère de la Rédemption. Ici se trouve également la réponse essentielle à l'interrogation sur la signification du corps humain, sur la signification de la masculinité et de la féminité de la personne humaine. L'union du Christ avec l'Eglise nous permet de comprendre de quelle manière la signification nuptiale du corps se complète avec sa signification rédemptrice, et cela dans les diverses voies de la vie et dans les différentes situations: non seulement dans le mariage ou dans la continence (c'est-à-dire la virginité ou le célibat), mais aussi, par exemple, dans la souffrance humaine aux mille formes, et mieux encore: dans la naissance et la mort mêmes de l'homme. A travers le grand mystère dont parle l'épître aux Ephésiens, à travers la Nouvelle Alliance du Christ avec l'Eglise, le mariage est de nouveau inscrit dans ce sacrement de l'homme qui embrasse l'univers, dans le sacrement de l'homme et du monde qui, grâce aux forces de la Rédemption du corps, se modèle suivant l'amour nuptial du Christ et de l'Eglise jusqu'à la mesure de l'accomplissement définitif dans le Royaume du Père.
Comme sacrement, le mariage reste une partie vivante et vivifiante de ce processus salvifique.

- 15 décembre 1982

 
 

 

A la une

Nouveau «Forum Wahou!» pour les prêtres ! (15-16 jan 2018)

Publié par Incarnare le vendredi 25/08/2017 - 06:38 - Blog

Forum Wahou!Les prêtres (et séminaristes) ont leur «Forum Wahou!» ! Tandis que plus de 4000 personnes ont déjà pu découvrir la Théologie du Corps de Jean-Paul II, lors de 19 Forums organisés par les diocèses, et qu'autant d'autres sont en préparation pour 2018, et après le succès du premier Forum "rien que pour les prêtres" à Paris, une nouvelle édition de "Wahou Prêtres" est annoncé à Ars en janvier 2018.