Vous êtes ici

My name is Cament, Mehdi Cament.

My name is Cament, Mehdi Cament.

On y est : l'instrumentalisation de l'humain touche le fond. Le 26 janvier, rapporte Le Monde, est né en France le premier «bébé-médicament», créé de toutes pièces par la technique pour guérir son grand frère. Mais quelle fraternité peut exister entre deux êtres quand l'un d'eux ne doit son existence qu'au confort du premier ? L'enfant voit sa dignité ramenée à celle de l'éprouvette, avec la bénédiction de l'Agence de Biomédecine1..

L'enfant, continue le quotidien du soir, est issu d'un double dépistage prénatal, le premier permettant de s'assurer qu'il n'était pas atteint du mal de son aîné, le second garantissant sa compatibilité avec celui-ci. On peut donc imaginer sans crainte de faillir (mais pas de défaillir) que d'autres embryons, égalements sains, mais qui n'avaient pas le bon goût d'être compatibles, ont été détruits. On perçoit déjà la tentative de subversion du langage, lorsque le journal parle non pas de «bébé-médicament», mais de «bébé-docteur».. tu parles d'une vocation !

Le 2 mars sort en France un film dérangeant2, Never Let Me Go. On y découvre la vie d'enfants résidents d'un pensionnat un peu particulier, où une attention toute particulière est portée à leur état de santé et à leur forme physique... Le film est l'adaptation d'un roman de Kazuo Ishiguro. Sur wikipedia, le roman est classé en science fiction et en dystopie. Qui a dit que la réalité dépassait toujours la fiction ?

 
 

 
 

A la une

[Tract] Cet été, découvrir le sens du corps et de la sexualité

Publié par Incarnare le mardi 12/04/2016 - 21:22 - Blog

Comme chaque année, l'AFCP propose des sessions d'été "Amour, sexualité et vie chrétienne". En couple depuis de longues années ou juste fiancés, ou mêmes célibataires, chacun trouvera la matière à avancer personnellement sur ces questions dans un enseignement concret et éclairant sur la beauté du mariage et en même temps ses exigences.