Rester jeûne

Publié dans : Corps

A la lecture de l'évangile du jour, je reste... sur ma faim. Il y est dit que Jésus, « après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, eut faim ». Excuse-moi, mon Dieu, mais on ne boxe pas dans la même catégorie : moi, j'ai faim après quatre ou cinq heures tout au plus ; après une journée, j'ai une migraine pas possible qui m'éloigne assez efficacement de toute préoccupation spirituelle.

Alors quel sens pour le jeûne ? On lit ici que le jeûne est une arme spirituelle et là qu'il n'a de sens qu'avec la prière et l'aumône, avec au passage une belle citation de Saint-Augustin1. Mais ces choses-là, entendues depuis mon enfance, ne m'ont pas vraiment aidé. Et puis, mon rapport à la nourriture me semble plutôt sain, et je ne voyais pas en quoi il faudrait s'en priver.

Deux personnes m'ont aidées cette année, chacune à leur manière, à mieux comprendre ce qui est en jeu : J. Wilson et John H. Newman.

Le premier n'a pas été déclaré bienheureux, mais il a fait la Une du Catholic Herald pour avoir publiquement fait voeu de ne vivre pendant 40 jours... que de bière. Quand on lit l'article, on rigole au début en ce disant "quel ivrogne".. puis on réalise quand même que le gars, reprenant une tradition monastique bavaroise, va tout de même se priver de nourriture solide pendant 40 jours !

John H. Newman, de son côté, écrit dans ses homélies de carême, que :

Changer nos coeurs signifie d'apprendre à aimer des choses que nous n'aimons pas spontanément - et désapprendre l'amour de ce monde, ce qui suppose d'aller à l'encontre de nos désirs et goûts naturels. Être juste et obéissant nécessite la maîtrise de soi. Pour la posséder, nous devons la conquérir, et nous ne pouvons la conquérir sans une lutte continue contre soi-même. Le fait même d'être religieux implique le renoncement à soi, car nous n'aimons pas spontanément la religion. [...]

Qu'est ce que jeûner, sinon s'abstenir de ce à quoi nous pouvons légitimement prétendre ; pas simplement de ce qui nous pousse au péché, mais aussi des choses innocentes ? De ce pain que nous pourrions légitimement prendre et manger avec reconnaissance, mais qu'à certains moments nous nous refusons, comme renoncement à soi. Voici ce qu'est le renoncement à soi pour le chrétien : pas une simple mortification du péché, mais une abstinence, même des bénédictions de Dieu.

Je vois donc un double mouvement dans le jeûne du carême : le premier qui nous conduit à renoncer pour un temps à ces "plaisirs d'appréciation"2 pour assainir notre faim ; le second, qui nous invite à renoncer pour un temps à nos "plaisirs-besoins"3 pour creuser notre soif. C'est assez pédagogique, car il est moins dur de renoncer au petits plaisirs qu'au mal, mais cela contribue à nous décentrer de nous-mêmes.

Et puis, peut-être même que Jésus avait la migraine, lui aussi.

  • 1. «Le jeûne et l'aumône sont les deux ailes de la prière»
  • 2. qui ne sont pas essentiels pour notre vie, et auquel nous consentons de renoncer assez facilement (cigarette, bière ou chocolat, etc..), sauf quand ils ont fini par prendre une place disproportionnée
  • 3. peut-être pour redécouvrir en quoi ils peuvent aussi être plaisirs d'appréciation

 
 

Commentaires

Portrait de Incarnare

Réflexion pendant la messe : vu ainsi, les "dimanches de carême qui ne sont pas carême" ne sont plus des douces hypocrisies, mais des temps d'action de grâce, où nous remercions Dieu non seulement par la prière mais aussi des dons qu'il nous fait chaque jour.

Bon dimanche à tous.

Portrait de janig

Par hasard un jour, le livre d'Aldabert de Vogüe, Aimer le jeûne m'est tombé entre les mains. Ce livre m'a aidé à trouver une manière de jeûner compatible avec une vie en pleine activité. Les maux de tête, la faim au bout de quatre heures... cela aussi c'était mon lot.

Donc j'ai expérimenté à partir de ma lecture, mais un jeûne hydrique, et j'en ai tiré un grand bénéfice spirituel. Si le jeûne existe en toute tradition spirituelle, ce n'est pas pour rien... Le jeûne vient toucher le point où nous avons besoin d'être retournés par Dieu... et le retournement est donné, il n'est pas le fruit de nos efforts, de notre volonté toute tendue de nous rapprocher de Dieu.

La migraine disparaît, si l'on jeûne régulièrement... une fois par semaine en carême ?

Il y a une grâce à cueillir...

Portrait de Incarnare

Janig, merci de votre témoignage : pouvez-vous nous décrire en quoi le jeûne a aidé votre vie spirituelle ?

Sur le site des assises du jeûne (qui ont eu lieu en 2010 - http://www.assiseschretiennesdujeune.fr/ ), la plupart des témoignages insistent plutôt sur les effets physio-psychologiques positifs du jeûne...

Il me semble qu'il y a déjà plusieurs types de jeûnes : total (ou à l'eau) ou au jus de fruit / potage. Le jeûne chrétien de courte durée me semble plus faire sens dans cette première forme... que je trouve aussi plus proche de la position de Newman, considérant que se nourrir est un bien, et jeûner s'abstenir d'un bien. 

Portrait de Janig

Je n'avais pas eu le temps de vous répondre avant. Bon c'est le temps pascal... peut-être pas le temps le plus approprié au jeûne. Mais...

En quoi le jeûne a aidé ma vie spirituelle me demandiez-vous ?  Je le soulignais déjà dans le premier commentaire. Le jeûne nous aide à vivre le combat spirituel que tout chrétien a à vivre. Le Christ nous a indiqué un chemin : le texte des tentations au désert n'est pas un moment précis de la vie du Christ, mais des tentations parcourons toute sa vie jusqu'à la croix... sauve-toi toi même si tu es le Messie.

Le jeûne est un moyen parmi d'autres pour rester en état de veille  et donner à Dieu sa place dans notre vie et le laisser agir, parce je me mets dans le mouvement de recevoir et de rendre grâces et non plus de prendre. A l'inverse du geste d'Eve qui mange le fruit, je suis emportée dans le mouvement eucharistique du Christ.

Il faut aussi préciser ce que l'on entend par jeûne, car il y a jeûne et jeûne.Des jeûnes longs et des jeûnes courts.  Dans une vie professionnelle et familiale en plein monde, nous n'allons pas vivre de la même manière qu'un ermite. Il nous faut trouver une mesure adaptée.

Je choisis de différer la prise de nourriture pour le Christ,  alors  quelque chose  se désarme en moi, et je fais l'expérience que cela me rapproche du Christ. Je fais l'expérience d'approcher celui qui a dit : Je suis doux et humble de coeur. Cela met plus de compassion dans ma vie, plus d'amour. J'apprends la patience envers moi et les autres.

Pour plus de données sur l'aspect spirituel du jeûne, vous pouvez aussi lire un interview d'Amba Shenouda, patriarche copte d'Egypte, La voix d'un Père du désert. Il y a un chapitre sur le jeûne.  DDB 2006

 

 

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement. Si vous avez un compte Gravatar associé à cette adresse e-mail, l'avatar associé sera affiché.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <i> <strong> <b> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd><br><p><br />
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

Forums Théologie du Corps 2014

Découvrez la théologie du corps le temps d'un week-end! Cliquez ci-dessus et inscrivez-vous sur notre newsletter :

 
 
 

A la une

La "vérité" du mariage (et l'accès à la communion des divorcés-remariés)

Publié dans : Mariage

Le Synode sur la famille n'a pas conclu sur l'accès aux sacrements pour les divorcés-remariés : constatant que la question était épineuse, les Pères ont renvoyé la question à l'année prochaine. Les paragraphes 52 et 53, qui l'évoquaient, n'ont pas recueilli les deux tiers requis pour être adopté par le Synode. C'est que la question mérite d'être étudiée de près, car il ne s'agit pas d'une "simple" question disciplinaire

 

Commentaires récents

La théologie du corps pour les débutants (Christopher West) (1)

  • Incarnare : Le livre sera disponible en librairie à partir du 2 déc....

Le mariage : Avant / Après (2)

  • Anonyme : je suis tout a fais d'accord, le mariage est un peu un...
  • Incarnare : A rapprocher de cette autre anecdote à propos du...

My name is Cament, Mehdi Cament. (7)

  • Anonyme : Ça fait peur des choses pareilles, j'ai appris cela en...

Card. Caffara : "Le mariage n'est pas un 'idéal' mais une vérité à enseigner" (1)

  • Elke : Tout à fait d'accord. Pourquoi parle-t-on si peu des...

Le Pape François et Frédéric Ozanam, même combat (2)

  • Incarnare : Cf. aussi cette autre anecdote à propos du bienheureux...

La morale, dépassée ? (3)

  • Ajax : Merci, je sais ce qu'est le nominalisme et je ne pense pas...
  • Incarnare : Ajax, Votre commentaire montre bien, effectivement, qu'une...
  • Ajax : Pardonnez moi mais à vous lire on comprend assez bien en...