Vous êtes ici

Mystères ambulants

Le culte de la perfection est sans doute la religion qui a fait le plus de victimes dans l'histoire. Ces dernières années, le culte de la perfection dans la beauté en est l'aspect le plus visible. Mais mon ami Koz évoquait hier un autre aspect, plus insidieux, qui concerne ces corps que l'on cache -au mieux- ou que l'on détruit parce qu'imparfaits, parce que leur seule vue nous renvoie trop douloureusement à nos propres imperfections.

La nature, disait Pascal, a la perfection pour nous montrer qu'elle est image de Dieu ; et des défauts pour nous rappeler qu'elle n'en est que l'image. Nous voudrions bien être tout, tous seuls, et notre propre imperfection nous insupporte. On pratique aujourd'hui l'eugénisme en masse en l'habillant hypocritement  du déguisement de la compassion.. Mais com-patir, n'est-ce pas pâtir avec ? ou abréger les souffrances d'autrui pour se cacher les siennes ?

Chaque être humain est important, nous dit Jean Vanier : Eléonore n'est pas d'abord handicapée ; elle est d'abord un mystère ambulant. Son existence-même -comme la nôtre-, sa présence parmi nous, est signe de l'Amour qui est à notre origine. 

J'admire beaucoup un certain nombre d'hommes et de femmes, qui ont façonné ma vie et m'ont appris à aimer, mais peu l'ont fait avec la même profondeur qu'un jeune homme, trisomique comme Eléonore, mais de surcroît atteint d'autisme. Les derniers seront les premiers !

Pour ceux qui ne la connaitraient pas déjà, je vous laisse avec la magnifique chanson de Linda Lemay : Ceux que l'on met au monde.. ; pour les autres, vous trouverez ici la version longue de la vidéo de Jean Vanier, et pour tous, je laisse à votre méditation les mots du psaume de demain :

À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts,
la lune et les étoiles que tu fixas,
qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui,
le fils d'un homme, que tu en prennes souci ?
Tu l'as voulu un peu moindre qu'un dieu,
le couronnant de gloire et d'honneur ;
tu l'établis sur les œuvres de tes mains,
tu mets toute chose à ses pieds

 
 

Ajouter un commentaire

 
 

A la une

Oser planter un arbre

Publié par Incarnare le samedi 18/04/2015 - 08:38 - Mariage - Blog

En classe de CE2, j'ai planté un arbre. Tout jeune enfant, je n'avais pas mesuré alors la portée de ce geste, qui faisait advenir un être qui me survivrait.

Ceux qui ont des enfants se souviennent sans doute du vertige qui saisit tout futur  parent : « qui sommes-nous pour prendre cette responsabilité d'amener un enfant au monde ? Serons-nous capables de cette tâche ? ». 

Commentaires récents

La théologie du corps en podcast (2)

  • Incarnare : Bonjour Xavier, J'ai ajouté les fichiers mp3 à la page de...
  • xavier : Bonjour, Ce lien n'est apparemment plus valide. Si vous...

Forcer la modestie ? (1)

  • Incarnare : Pour ceux qui auraient été attirés ici par le « teasing »...

La théologie du corps pour les débutants (Christopher West) (1)

  • Incarnare : Le livre sera disponible en librairie à partir du 2 déc....

Le mariage : Avant / Après (2)

  • Anonyme : je suis tout a fais d'accord, le mariage est un peu un...