Vous êtes ici

Blogroll

Silence, je vous prie ?

Zabou the terrible - samedi 22/09/2018 - 00:34

Georges Rouault


Et venir, encore et toujours, soir après soir, jour après jour, 

Prendre ce temps avec Toi, silencieusement, à écouter Ta Parole : 

J’ai plein de trucs à Te dire, sans doute à récriminer un peu aussi 

(Tu avoueras qu’il y a de quoi, non ?) 

 mais je ne sais même pas trop par quoi commencer, 

Alors, je me tais, devant ce coin prière où j’aime non pas passer du temps mais bien prendre du temps, surtout quand je ne l’ai pas et que j’y viens en fin de semaine, un peu harassée. 

 

Tu sais, le long de la semaine, j’aimerais vraiment bien être comme les deux belles icônes qui l’ornent : 

J’aimerais être comme st Jean-Baptiste pour Te désigner en toute chose et T’annoncer même quand le désert semble l’emporter comme aujourd’hui ; 

J’aimerais être comme st Pierre et st Paul, ces colonnes de l’Église, capables de porter Ta parole à chacun, solidement et amoureusement, même dans les communautés où règne le scandale ou, parfois, le paganisme indifférent à Dieu. 

 

J’aimerais tant savoir quoi dire en toutes les circonstances compliquées du jour : celles de l’Église et les galères plus personnelles que je vois autour de moi et j’ai l’impression de ne pas du tout y arriver ; 

J’aimerais tant, Tu sais, jeûner et prier, non pas un peu, mais à fond comme le pape François nous y invite, nous tous, peuple de Dieu, et je vois bien que mes actions sont minimes ;  

J’aimerais tant réussir à ne pas stresser intérieurement à chaque problème rencontré, et je sais bien que la confiance en Toi n’est pas encore une compétence suffisamment acquise, n’irriguant pas suffisamment les profondeurs de mon être ; 

J’aimerais tant savoir aimer même mes élèves les plus compliqués et, comme chaque année, je vois bien à quel point ce n’est jamais franchement gagné cette conjugaison sans faute du verbe « aimer »… 

La liste est longue mais Tu la connais par cœur et, sur le premier point, je crois que nous, catholiques, arrivons décidément à peu de choses, autrement qu’à en rester choqués, partant cois. 

 

J’aimerais… mais j’aime aussi simplement être là, avec Toi. 

Ce soir, j’ai écouté Ta Parole et laissé poser et reposer le silence,

Silence à peine troublé par les bruits de la vie alentour qui s’endormait, 

Ce silence par lequel Tu veux aussi toucher mon cœur, 

Ce silence qui sait régner entre ceux qui se connaissent suffisamment bien pour demeurer ensemble ainsi, en silence, 

Car l’amour s’y dit aussi, différemment mais très profondément, 

Et peut-être d’ailleurs que c’est cet apprentissage du silence d’écoute, fraternel et aimant, 

En nous taisant au lieu de parler à tort et à travers, à l’écoute du bruit d’un fin silence

Que Tu veux nous apprendre à vivre avec Toi,

Pour apprendre à le vivre avec tous. 

 

Catégories: Blogroll
S'abonner à Théologie du Corps agrégateur - Blogroll