Vous êtes ici

Blogroll

A ces chers élèves

Zabou the terrible - lundi 25/09/2017 - 18:17

 

 

Mes élèves de 4ème ont récemment été invités à écrire une courte lettre imaginaire à Titus ou à Bérénice. Simple moyen pour moi d’évaluer, en début d’année, leurs capacités rédactionnelles. En les corrigeant, je fus effarée du fait que presque aucun d’entre eux n’utilisait « cher / chers / chère / chèr… » à bon escient. Il s’ensuivit donc une petite mise au point lors de la remise de ces copies bonus. Voici en gros ce que je leur dis :

 

« Quand on écrit « cher Kevin-Mohammed » ou « chère Ursule-Gertrude » <les perdre quelques instants>, ce n’est pas au hasard ! Quand on écrit une lettre, c’est un adjectif qui s’accorde en genre et en nombre avec le nom de la personne à qui vous écrivez.

 

Vous voyez, c’est exactement comme quand vous achetez quelque chose. Si c’est cher, c’est que cela a un grand prix. Eh bien, quand vous dites « cher Machin » ou « chère Machine », vous dites à votre correspondant qu’il ou elle a du prix à vos yeux et que vous l’aimez »

 

Et là, me rendre compte que je venais de citer Isaïe 43, 4 et de leur avouer sans le leur dire l’imparable technique de drague du Seigneur vis-à-vis de moi-même…

… Ah l’irrigation biblique sans le faire exprès !

 

Catégories: Blogroll

Et voici La Vie…

koztoujours - lundi 25/09/2017 - 12:43

Puisque vous êtes tout de même les premiers concernés mais que je réalise que vous n’êtes pas nécessairement tous lecteurs de la page Facebook, il faut que je vous l’annonce ici.

Qui l’eût cru, il y a seulement dix ans ?

Je ne connaissais La Vie que de loin en loin, que de réputation et, par chez moi (désolé les gars – les filles, aussi) elle n’était pas très bonne. Je ne connaissais pas le bon vieux mot, si généreusement répété par certains avec la conviction de faire de l’esprit, de « La Vie ex-Catholique », mais c’était un peu l’idée.

Et puis le web a eu cette grande vertu de permettre de lire ce que l’on critiquait, ou que l’on ignorait.

Parallèlement à cela, j’ai eu le plaisir de retrouver des gens de La Vie sur des combats communs. Lorsque nous montions en ligne pour défendre Benoît XVI, lorsque nous avons lancé l’Appel à la Vérité pour qu’on n’abatte pas précisément celui qui, sur la pédophilie, s’était montré le plus lucide et le plus volontaire, j’ai rencontré Jean-Pierre Denis. Un barbu, et aussi directeur de la rédaction. Un hebdo classé à gauche et progressiste venant au secours d’un pape classé à droite et réactionnaire, voilà qui était intéressant. Il m’arrive de rêver que la réciproque soit plus vraie.

Et puis, j’ai rencontré Jean Mercier. Un déjeuner à Sèvres-Lecourbe. J’étais un peu impressionné de déjeuner avec un journaliste, un peu curieux de ce que pouvait être un journaliste à la sauce catho de gauche. Dans l’un de ces troquets où votre voisin vous entend mieux que votre interlocuteur, Jean a commencé son bénédicité. Un bon vieux bénédicité des familles, pas un truc discret de dessous la serviette. Cela aussi, outre notre échange et son affection pour Benoit XVI, cela m’a interpellé.

Je n’oublie pas non plus les éditos courageux, compte tenu de son lectorat et son actionnariat, de Jean-Pierre pendant la période bousculée de 2013-2014. Et sur les sujets les plus divers. L’occasion de signifier que les anciennes lignes sont dépassées.

La Vie a peut-être un peu bougé mais j’ai changé aussi, c’est indéniable.

Il y a aussi des amitiés. Que La Vie compte en son sein l’inénarrable Aymeric Christensen avec lequel nous avions lancé Les Sacristains en 2009, ça ne manquait pas de sel. Il n’est pas le seul mais je ne vais pas en citer davantage parce qu’il ne s’agit pas d’une déclaration d’amour non plus, et je ne voudrais pas que, par contraste, ceux qui ne sont pas cités en tirent des conclusions erronées.

Il n’aura échappé à personne non plus que, sur des sujets polémiques de fond de ce premier semestre, je me suis trouvé aussi sur la même ligne. Pour certains, j’en suis devenu un gauchiste – ce qui m’en interpelle l’une sans faire résonner l’autre : le temps fera son affaire. Alors, j’ai pris cette proposition avec un certain soulagement. L’occasion d’être quelque chose comme une caution de droite. Je serais de nouveau presque respectable, maman !

Quelle proposition ?

Être chroniqueur pour La Vie. Pourquoi l’avoir acceptée ? Pour les raisons ci-dessus évoquée et, aussi, parce qu’elle m’a été faite, pardi. Parce qu’il faut bouger, évoluer. Je n’abandonne pas le blog, je l’adapterai (et non, je ne sais pas encore comment). Et c’est aussi une occasion de porter la voix plus haut, dans une publication qui sait mettre de la vie dans le débat.

Tant qu’on y est, précisons, parce qu’il parait que c’est parfois subtil : il n’y a pas de honte à être journaliste (il y a bien des inspecteurs des impôts), mais je ne le deviens pas pour autant. Je reste avocat, je suis chroniqueur, et ne suis pas membre de la rédaction.

Ça file un peu les miquettes mais ça devrait bien se passer.

Catégories: Blogroll

Arpentons Ses chemins

Zabou the terrible - dimanche 24/09/2017 - 18:53

 

« Car mes pensées ne sont pas vos pensées,
et vos chemins ne sont pas mes chemins » (Is. 55)

 

 

L’antidote suprême à tous nos « Dieu veut » restrictifs,

A toutes nos idées rétributives sur la grâce,

A toutes les fois où nous excluons le don de notre champ de pensée,

A tous nos conscients ou insconscients deals avec le Seigneur façon « je Te donne ça, mais Tu me donnes…. »,

A tous nos « non mais Seigneur, lui, Tu ne peux pas l’aimer vu les grosses crasses qu’il fait ! ».

 

Parce que Dieu n’a nom qu’Amour

Et que Lui seul en connaît tout le prix,

Et que Lui seul en connaît toute la gratuité…

 

Parce que Lui seul,

Tandis que nous passons notre vie à arpenter ce sentier du verbe « aimer »,

En connaît tout le sens,  

Et toute la beauté.

 

Catégories: Blogroll
S'abonner à Théologie du Corps agrégateur - Blogroll