Vous êtes ici

Blogroll

L’épreuve

Cahiers Libres - samedi 13/02/2016 - 19:00

Mercredi s’est ouvert le long et nécessaire chemin du Carême. Ces quarante jours sont « un entraînement au combat spirituel ». Pour vivre ce temps le Seigneur et son Eglise nous donnent trois types d’exercices à pratiquer : le jeûne, la prière et l’aumône.

« Après son baptême, Jésus, rempli de l’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; il fut conduit par l’Esprit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut mis à l’épreuve par le démon. » Tels les hébreux au désert, Jésus a voulu vivre le combat et nous donner les moyens de la victoire sur le démon et ses tentations. Commentant ces versets chez saint Matthieu, saint Hilaire de Poitiers dit : « L’Esprit Saint qui conduisit lui-même Jésus au désert, voulut exprimer l’assurance avec laquelle il possède celui qu’il remplit de sa présence et l’offre aux traits du tentateur[1]… » Pourquoi s’exposer ainsi ? Jésus sait que Satan veut la perte de tout homme et plus particulièrement celle des baptisés, des enfants de Dieu. Voilà pourquoi saint Hilaire dit avec insistance aux néophytes mais aussi à tous les baptisés: « Vous qui êtes devenus chrétiens, vous devez vous attendre à des attaques plus violentes du démon ; car la victoire qu’il remporte sur les saints lui donne plus de gloire, et il la désire avec plus d’ardeur[2]… » Les paroles de saint Pierre me reviennent en mémoire : « Soyez sobres, soyez vigilants. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera… » Il nous exhorte à veiller, à être vigilants et à prier. Aussi, prions tout particulièrement pour les catéchumènes qui seront baptisés dans la nuit de Pâques mais aussi pour les néophytes qui sont en première ligne …

Apprendre à combattre

« Pendant quarante jours, il fut mis à l’épreuve par le démon. » Nous abordons ici la question de la tentation. La tentation est une sollicitation qui vient du démon et qui est permise par Dieu. Dieu ne nous abandonne pas il nous donne toujours les grâces nécessaires pour mener le combat. Voilà pourquoi avec saint Augustin, nous osons dire que « le chef combat pour apprendre aux soldats à combattre »

Qui est le tentateur ? Le Catéchisme de l’Eglise Catholique enseigne que  « derrière le choix désobéissant de nos premiers parents il y a une voix séductrice, opposée à Dieu, qui, par envie, les a fait tomber dans la mort. L’Écriture et la Tradition de l’Église voient en cet être un ange déchu, appelé Satan ou diable[3] En outre, «  c’est par lui que le péché et la mort sont entrés dans le monde et c’est par sa défaite définitive que la création toute entière sera libérée du péché et de la mort ». Enfin, cet ange comme tous les autres démons a été créé bon mais il a fait le choix du mal. Enfin : « c’est le caractère irrévocable de leur choix, et non un défaut de l’infinie miséricorde divine, qui fait que le péché des anges ne peut être pardonné[4]. »

Pour combattre le démon, Jésus fait le choix du jeûne, de la faiblesse, d’une certaine manière de notre faiblesse. Voilà pourquoi saint Luc précise qu’ « il ne mangea rien pendant ces jours-là et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim. » Et saint Hilaire d’ajouter : « Le démon devait être vaincu, non par Dieu, mais par l’homme et par la chair de l’homme. Et c’est pourquoi l’homme en Jésus est abandonné à lui-même. C’est pourquoi il eut faim…[5] »

Finement, le diable cite l’Ecriture

Mais venons-en aux tentations, elles sont au nombre de trois et résument les grands types de tentation auxquelles nous sommes soumis : la nourriture et la chair, le pouvoir et la gloire et enfin la mise à l’épreuve de Dieu lui-même. Par trois fois, en utilisant le même procédé, Satan va essayer de profiter de la faiblesse de Jésus pour lui faire désirer ce qu’il possède par sa nature divine. Notons que le Démon est toujours dans la suggestion, la flatterie, l’hypocrisie : « si…» Le Christ est dans le réel, dans ce qui est. Le diable veut nous faire croire qu’en l’adorant nous pouvons obtenir et prendre ce que nous convoitons. Pourtant nous savons qu’il ne peut rien sans notre consentement. Voilà pourquoi saint Ambroise enseigne que le tentateur : «  ne peut lui-même précipiter les hommes, il faut qu’ils y consentent, et l’homme ne tombe que quand il abandonne les choses du ciel pour celles de la terre[6]… »

Dans toutes les tentations,  finement, le diable cite l’Ecriture en la travestissant. C’est ainsi que dans la première, il dit à Jésus : « ‘Si tu es le Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain’. Jésus répondit : ‘Il est écrit : Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre’… » Cette tentation nous renvoie à la Genèse.  Le démon disait déjà  à nos premiers parents que s’ils faisaient ce qu’il leur demandait, alors ils seraient : « comme des dieux… »  Le démon veut contraindre le Seigneur à manifester sa puissance, sa divinité alors même que ce n’est pas encore son heure. Contrairement à Eve, Jésus ne répond pas à la proposition du démon, il ne discute pas mais lui oppose la parole de Dieu. En cela nous pouvons dire que la Parole de Dieu est notre bouclier et que c’est ainsi que nous devons « l’utiliser ». En ce temps de Carême où l’Eglise nous invite à jeûner, souvenons-nous de cette parole du Seigneur « Ma nourriture et de faire la volonté de celui qui m’a envoyé… » Enfin, pour résister et ne pas succomber à la tentation, saint Grégoire le Grand nous exhorte à imiter Jésus doux et humble de cœur qui « au lieu d’écraser son adversaire du poids de sa puissance, et de le rejeter dans l’abîme, il ne fait qu’évoquer les préceptes de la Sainte Ecriture, nous apprenant, toutes les fois que nous sommes attaqués, à bien nous établir dans la vérité plutôt qu’à faire sentir notre colère[7]… »

“L’homme n’est jamais aussi grand que lorsqu’il est à genoux devant Dieu”

« … le diable l’emmena plus haut
et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre.
   Il lui dit :
 ‘Je te donnerai tout ce pouvoir
et la gloire de ces royaumes,
car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux.’ Toi donc, si tu te prosternes devant moi,
tu auras tout cela. » Dans la deuxième Tentation le démon se considère comme le maître du monde. En disant cela il oublie que le pouvoir qu’il possède est relatif et que comme créature il demeure dépendant de son Créateur… Nous aussi, souvent nous oublions que nous ne sommes propriétaires de rien. Saint Paul résume cela en disant : « Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? » Nous ne sommes que les intendants des biens, des dons, des talents que nous avons reçus. Tout nous a été confié pour que nous le donnions par amour de Dieu et du prochain et cela jusqu’au don de notre propre vie : « pas de plus grand amour que donner sa vie pour ceux qu’on aime… » C’est par le don total de lui même que Jésus nous a obtenu le salut, la vie éternelle, la gloire et la royauté… Ici encore,  Jésus ne discute pas avec le démon, mais il lui oppose l’Ecriture : « C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras,
 à lui seul tu rendras un culte. » Car comme le disait Benoît XVI l’homme n’est jamais aussi grand que lorsqu’il est à genoux devant Dieu…

« Puis le diable le conduisit à Jérusalem, 
il le plaça au sommet du Temple
et lui dit :
« Si tu es Fils de Dieu, d’ici jette-toi en bas ;
 car il est écrit :
Il donnera pour toi, à ses anges,
l’ordre de te garder ;
et encore :
Ils te porteront sur leurs mains,
de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Dans la troisième tentation, nous sommes comme au Golgotha, lorsque le démon dit à Jésus : « Jette-toi en bas… il donnera ordre à ses anges l’ordre de te garder… », nous pouvons entendre comme en écho : « Sauve-toi toi-même, descend de la croix… » Le tentateur met Dieu lui-même à l’épreuve, voilà pourquoi le Seigneur lui répond en le remettant à sa place : « Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. » Le démon n’est qu’une créature il n’a aucun pouvoir sur Dieu… et Dieu nous donne les moyens afin qu’il n’ait aucun pouvoir sur nous…

Aussi, en ce temps de Carême, fixons nos yeux sur le Christ en croix et relisons les Béatitudes. Comme lui nous apprendrons à nous recevoir entièrement du Père et à nous revêtir « de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable[8]. C’est ainsi qu’ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentation, le démon s’éloignera de nous jusqu’au moment fixé.

Bon Carême à tous, bon dimanche.

Pod

[1] Commentaire de l’évangile selon saint Matthieu, III, 1.

[2] Idem.

[3] Jn 8, 44 et Ap 12, 9.

[4] CEC. n°393.

[5] Commentaire de l’évangile selon saint Matthieu, III, 2.

[6] Commentaire de l’évangile selon saint Luc, IV 25.

[7] Homélie XVI.

[8] Ep. 6, 11.

Ce papier L’épreuve a initialement été publié sur les Cahiers libres.

Catégories: Blogroll

A l'école de la sainteté avec Péguy

Zabou the terrible - samedi 13/02/2016 - 16:07

Incroyable diversité du peuple de Dieu, unie dans une même marche : une unique vocation à la sainteté quelle que soit l'origine, quel que soit le passé... Grandir ensemble sous Son regard, même dans l'opacité, vers la lumière, en apprenant Sa miséricorde : un enjeu de la vie, peut-être encore plus spécifique et fort en Carême. 

"Il y a deux formations, 

Il y a deux extractions, 

Il y a deux races de saints dans le ciel. 

Les saints de Dieu sortent de deux écoles. 

De l'école du juste

et de l'école du pécheur. 

De la vacillante école du péché. 

Heureusement que c'est toujours Dieu qui est le maître d'école. 

Il y a ceux qui viennent des justes et ceux qui viennent des pécheurs. 

Et ça se reconnaît. 

Heureusement qu'il n'y a aucune jalousie dans le ciel. Au contraire. 

Puisqu'il y a la communion des saints." 

Charles Péguy, Le Porche du mystère de la deuxième vertu

Catégories: Blogroll

Que sont devenus les fous du roi ?

Cahiers Libres - samedi 13/02/2016 - 12:00

Pour mardi gras, les Mardis des Bernardins ont trouvé opportun de revenir sur le rôle social de l’humour… Si certaines traditions carnavalesques perdurent, celles-ci semblent avoir perdu de leur force cathartique et leur puissance politique… Que reste-t-il en effet derrière le folklore local ? Où sont passés les fous qui disaient leurs quatre vérités aux puissants ? Si l’humour parait aujourd’hui omniprésent, savons-nous pour autant encore rire ? Qu’y a-t-il derrière cette nouvelle culture de la vanne ? En quoi ce déplacement est-il révélateur d’une certaine évolution de notre société ? Ariel Wizman, animateur, journaliste et comédien, Antoine de Baecque, historien et Eric Pailler, réalisateur de la série « Sacristie ! » diffusée sur France 2 ont accepté de revenir avec nous sur la place que prend l’humour aujourd’hui, pour le meilleur et pour le rire !

Pour (re)voir l’émission dans son ensemble, c’est par .

N’hésitez pas nous faire remonter toutes vos remarques concernant la nouvelle formule des Mardis à l’adresse suivante : culture@collegedesbernardins.fr

 

Mardi prochain, les Mardis des Bernardins s’associent à Arte et Nova Production pour vous proposer une immersion à 360° dans les mondes de Philip K. Dick (auteur de Total Recall, Blade Runner, Minority Report…) !

Au programme :

  • à 19h00 : projection d’un documentaire sur ce grand auteur de SF
  • à 20h15 : débat “Sommes-nous des Hommes-Machines?” (avec Pascal Picq du Collège de France, l’auteur de SF Catherine Dufour, le co-titulaire de la chaire de recherche du Collège des Bernardins, Milad Doueihi et Ariel Kyrou, co-scénariste dudit documentaire)
  • à 21h15 : expérimentation d’un jeu vidéo en réalité virtuelle !

Au vu du nombre de demandes, nous vous conseillons de réserver votre place au lien suivant : http://bit.ly/1nfPCDP et vous attendons nombreux !

Et pour ceux qui ne pourront pas se déplacer… N’oubliez pas de nous suivre en direct à 20h15 sur le site du Collège des Bernardins.

Ce papier Que sont devenus les fous du roi ? a initialement été publié sur les Cahiers libres.

Catégories: Blogroll

JMJ un jour, l’amour toujours !

Blog jeunes cathos - vendredi 12/02/2016 - 13:25

Célina et François se sont rencontrés aux JMJ de Madrid et depuis, ne se sont plus quittés !

Cet article JMJ un jour, l’amour toujours ! est apparu en premier sur Jeunes Cathos Blog.

Catégories: Blogroll

Laisse-toi tenter par Dieu !

Blog jeunes cathos - vendredi 12/02/2016 - 11:25

Pendant le Carême, retrouve chaque dimanche la méditation de l'Evangile par le père Emmanuel Coquet pour t'accompagner dans ton quotidien ! Aujourd'hui, l'Evangile du 1er dimanche de Carême sur les tentations de Jésus au désert (Luc, 4, 1-13).

Cet article Laisse-toi tenter par Dieu ! est apparu en premier sur Jeunes Cathos Blog.

Catégories: Blogroll

Carême d'essence-ciel #2

Zabou the terrible - jeudi 11/02/2016 - 23:21

Quitte tes semelles de plomb ! 

Et va vers le pays que je te montrerai avec un moteur désencrassé et rugissant :
plus haut, plus vite, plus fort :
afin de connaître "avec tous les fidèles quelle est la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur pour connaître ce qui dépasse toute connaissance : l'Amour du Christ". (Eph 3, 18-19)

Le Carême, certifié meilleur carburant allégé de tout métal lourd et naturellement riche en Amour depuis 2000 ans ! 

 

Catégories: Blogroll
S'abonner à Théologie du Corps agrégateur - Blogroll